Publié : 6 mars 2005

Quatrains

Au cours d’une séquence sur la poésie,
Contraints de s’exprimer en rimes et en vers
Des élèves de quatrième de Paul Bert
Manient l’alexandrin avec espièglerie.

Voici leurs productions :


Désespoir du collégien

Nous n’aimons les poèmes, mais y sommes obligés,
Ni les mauvaises notes, et pourtant en avons,
Cela est énervant, il va falloir bosser,
Sinon, sur les pontons, de dormir nous risquons.

P.


Rêveries de filles

J’aime les lunettes qui ont de bell’ paillettes ;
Je n’aime pas l’histoire, mais j’aim’ danser le soir ;
J’aime les magasins qui ont des prix malins,
J’aime les couleurs qui ont pour vie le bonheur.


J., S. et L.


Bonheur du collégien

Voilà les vacances - c’est ce qu’on attendait. Bientôt fin des contrôles dont ceux de français. Madam’ Dubois sera heureuse de ce vers : Orthographe grammaire, finies tout’ ces matières.


A. et V.


Plénitude

Sur la plage il y a un très beau coquillage,
Sur cet arbre il y avait un énorme fruit,
Pour chaque personne on définit le bel âge,
En moi il y a de l’amour à l’infini.


B.


Ironie

Il n’y a que le silence et la solitude
Qui peuvent me sortir de l’ennui des études,
Où nous agaçons les grands maîtres du savoir
Qui nous apprenn’ les écrits d’Hugo ou d’Eluard.

F.


Portrait de famille

Je n’aime « Vivement Dimanche », mon père adore Drucker,
J’aime les chats, mon chien ne les supporte pas,
J’aime jouer aux échecs, au moins je bats ma mère,
J’aime la gymnastique, il n’y a que moi pour ça.


H.


Regret

Pourquoi m’a-t-elle quitté ? Je me sens trahi.
Elle avait la peau bien plus blanche que la neige,
Je me souviens de la douceur de ses lèvres.
Maintenant j’en suis sûr, c’est l’ange de ma vie.


M.


Au collège

Nous n’aimons pas les weches, mais côtoyons certains.
Nous n’aimons le collège, mais nous faut y aller.
Nous n’aimons les maths mais aimons les SVT.
Nous n’aimons dire adieu, mais c’est déjà la fin.


C. et E.